Je ne participerai pas à l'IRONMAN de Nice ?

.

Je ne participerai pas à l'IRONMAN de Nice ?

A première vu cela peut sembler être un titre accrocheur fait pour attirer l’œil du lecteur, mais malheureusement, ce titre reflète la réalité...

L'IRONMAN de Nice ! Un objectif que je me suis fixé il y a deux ans. Un objectif si lointain en juin 2014 que j'avais l'impression de devoir attendre une éternité avant d'y parvenir. Je me trompais. Tout est arrivé si vite. Les mois d'entrainements ont rendu cette éternité très courte. Des mois de préparation, des mois de rencontres et de découvertes, des mois d'apprentissage. Certes, je ne suis ni un "vrai" triathlète, qui pratique le triathlon depuis des années, mais je pense m'être investi tout autant qu'un "vrai" dans ce superbe sport. Je ne suis pas non plus un décrocheur de Slot, ou un chasseur de podium. Je suis simplement un triathlète parmi des milliers d'autres. Qui vibre pour une aventure depuis deux ans : être finisher de l'IRONMAN de Nice.

Ainsi, comme tout triathlète désireux d'être finisher d'un IRONMAN, l'investissement fût total. Entrainement, alimentation, équipement, financement... Tout était calculé et maitrisé pour arriver le jour J fin prêt.

Et que se passe t-il lorsque tout ce pourquoi l'on a travaillé si fort, est anéanti. Que se passe t-il lorsque le médecin t'apprend que tu as un début de fracture de fatigue au tibia ? Que se passe t-il quand il te dit que rouler 180km et courir un marathon dans 4 semaines est "fortement compromis" ? Que se passe t-il ?

RIEN. Il ne se passe rien car tu ne peux absolument rien faire à par attendre et espérer. L'entrainement n'est pas une science exacte. Tout ne peut pas être maitrisé.

A exactement un mois jour pour jour de ce qui est censé être mon premier IRONMAN, me voilà sur la touche. Impossible de savoir si mon corps sera en mesure de courir 42km dans quatre semaines. Pour le moment, je stoppe la course à pied. Je diminue mes entrainements vélo car les douleurs surviennent à chaque relance. Néanmoins je poursuis les entrainements en natation.

Quatre semaines..... Quatre semaines..... Je n'avais plus que quatre semaines à tenir.... Quelle frustration.

Plusieurs options s'offrent maintenant à moi : Après avis médical, tenter de courir Nice malgré le risque que mon tibia ne supporte pas l'effort. Bâcher totalement l'IRONMAN de Nice et courir l'IRONMAN de Vichy fin août. Ou bien faire la natation et (si cela n'est pas trop dangereux pour moi) le vélo sur l'IRONMAN de Nice puis courir Vichy fin août.

Relativisons : Ce n'est que du sport, certes. Mais cette aventure fût un investissement personnel immense. Elle fût un investissement aussi pour les gens qui m'ont soutenu. Famille, Amis, Partenaires. D'où la difficulté de faire un choix aujourd'hui. Le corps humain est une machine incroyable mais si fragile à la fois. Il faut savoir le respecter et l'écouter. J'espère bien évidemment prendre le départ de l'IRONMAN de Nice le 5 juin prochain, mais si cela met en danger mon intégrité physique je devrai alors repousser l'échéance.

Je prendrai une décision dans les prochaines semaines, peut-être même au dernier moment. Affaire à suivre...

Ciaoooooooooooooooo

Alex

Retour à l'accueil