Semi-Marathon de Cannes 2016, une entrée en matière pas très académique !

Comme promis, le voici le voilà, avec un peu beaucoup de retard : le récit du Semi-Marathon de Cannes condensé en cinq minutes de lecture. C'est parti !

Lundi 15 février, je suis descendu à Aix-en-Provence chez un ami d'enfance pour passer quelques jours à m’entraîner au soleil mais aussi à manger des pizzas, des MacDo et sortir le soir (raisonnablement)... Hummmmm super comme préparation... Bref, une semaine pas vraiment studieuse alors que je participais au semi-marathon de Cannes le dimanche qui arrivait. Bien évidemment, je n'allais pas sur cette course dans une logique de performance (je dois retrouver mon poids de forme, 61kg contre les 69kg d'aujourd'hui) mais surtout pour m'amuser.

Le samedi nous partons pour Cannes avec une sacrée équipe de coureurs tous licenciés au club d'athlétisme d'Aix. C'est donc bien relax que je me réveille le dimanche 21 février, prêt à aller me faire plaisir pendant une bonne heure sur la croisette. Le ciel est bien bleu, il ne fait ni trop chaud ni trop froid, petites lunettes de soleil pour l'occasion, je m'aligne sur le départ, parfait, il n'y a plus qu'à !

Go !! Je déclenche la V800 et en avant pour 21,1km... Je boucle les premières bornes à un peu plus de 16km/h. C'est bien, je vais rester sur ce rythme. Enfin... Je vais essayer... Les 12 premiers kilomètres se passent sans encombre.

Pffffffiouuuu 13ème kilomètre c'est dur, très dur je prends un gros coup de moins bien, mes nouvelles chaussures achetées trois jours auparavant me tuent les pieds. Le coureur placé juste devant moi auquel je m'étais accroché se claque l'ischio gauche, il est obligé de mettre le clignotant. Je me retrouve seul avec moi-même sur une route qui longe d'un côté les rails de la Sncf et de l'autre les eaux turquoises de la méditerranée. C'est un peu le bazar dans ma tête. Oulaaaa mais qu'est-ce que je fais là. Je m'arrête ? Je rentre en "conversation with myself", et dans ce types de cas ce n'est pas bon...

Par chance, un groupe de trois coureurs remonte à ma hauteur ! "Allez Alex, tu attrapes la locomotive et tu ne la lâche pas sinon c'est mort." Je reprends un peu de rythme et ça me fait du bien.

Oufff déjà kilomètre 19. C'est bientôt fini. Je vire au rond-point de Bijou Plage pour me rediriger vers le Palais des Festivals où est installé l'arrivée. Sur le retour le petit faux plat descendant fait du bien aux jambes mais bizarrement ma vitesse reste relativement basse. Allez, ce n'est pas grave, je termine comme ça, de toute façon je n'arrive pas à pousser plus.

Passage mythique au milieu des spectateurs avant la belle ligne droite de la finish-line et.... Finish ! 1h21min27sec, 59ème au général et 4ème en catégorie Espoir. Content bien évidemment au vu de ma préparation et de la condition dans laquelle j'arrivais sur ce semi. Ce fut un bien bel évènement. A refaire !

Merci pour tous vos messages d'encouragements sur les réseaux sociaux et notamment sur Facebook. Dans tous les moments qu'ils soient difficiles mais aussi faciles, c'est toujours très fort de se sentir pousser à ce point. Merci bien sûr à Valentin et à tous ses compères (J.B, Fred, Hugo, Pierre-Antoine, Rodolphe et Jonathan) du club d'athlé d'Aix en Provence sans qui tout cela n'aurait pas été aussi drôle.

Prochaine course ? A voir ! Mais de toute façon, premier triathlon de la saison le 17 avril, à Cannes (encore).

Work hard, train hard and play harder!

Ciaoooooooo

Alex

Retour à l'accueil